Pour les étudiants se posant la question de leur orientation vers la Première Année commune d’études de Santé (PACES), sachez que l’admission APB 2017 laisse encore de nombreux bacheliers sans affectation. Malgré la procédure complémentaire d’Admission-postbac, ouverte depuis le 27 juin, qui a permis à quelque 48.000 bacheliers de trouver une formation pour la rentrée 2017, à un mois de la fermeture APB, il reste encore plus 6000 candidats qui n’ont pas trouvé de place.
En outre, À l’issue des trois sessions de la procédure 2017 d’Admission-postbac, clôturée le 19 juillet 2017, 65.000 candidats n’avaient toujours pas de proposition d’affectation à l’un de leurs vœux d’orientation. Déjà 11.000 d’entre eux ont préféré abandonner la procédure APB, et 48.000 ont réussis à trouver une affectation grâce à la procédure complémentaire d’APB, ouverte depuis le 27 juin.

Admission APB en PACES

Fin août, soit à quinze jours de la rentrée et à un mois de la clôture d’APB, il reste donc encore 6.010 candidats sans formation pour les accueillir. Sur ces 6000 candidats, on dénombre 4.380 néo-bacheliers, ainsi que 1.570 étudiants en réorientation (dont 13 % déjà titulaires d’un bac général, 36 % d’un bac professionnel et 51 % d’un bac technologique).

Rappelons qu’en ce qui concerne les admissions PACES, les étudiants qui ont effectué juste après leur BAC une année en pré-paces (P0) de la prépa MEDSUP du Campus Santé de la Porte de Paris qui ont fait valoir leur année de préparation en MEDSUP ont trouvé plus facilement une orientation dans leur faculté préférentielle que ceux qui avait omis de l’indiquer dans leur formulaire APB l’année suivante.
La prépa MEDSUP reste donc une bonne opportunité de réussite en PACES non seulement vis-à-vis de la procédure hasardeuse d’APB mais de surcroit vis-à-vis du taux d’échec très important (environ 10%) parfois dès le premier semestre en comblant le fossé qui existe entre le niveau d’un primo-bachelier (y compris Scientifique) et le niveau d’exigence et de difficulté de la PACES.

 

Suivre l’actualité du Campus sur les réseaux :  TwitterLien Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires